La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Les esquisses galantes
Un blog Yagg
Dernier Billet
Tableaux | 08.05.2015 - 09 h 39 | 0 COMMENTAIRES
Le musicien-mes-mains-sont-un-temple

Le geste est sublime comme une poésie qui prend son envol dans une lumière d’hiver. La main est aérienne, ferme et d’une grâce absolue. L’archet en est un prolongement vivant, vibrant, fragile et solide à la fois. La musique emplit la pièce et l’enveloppe comme un animal irréel et envoûtant.

Les mains du musicien sont un temple. Blanches, fines et musclées, soignées, hydratées, protégées par des mitaines contre le froid et les agressions multiples de la vie urbaine, elles sont un trésor que la plupart des néophytes ignorent complètement.

C’est pourquoi le musicien ne pratique pas le fist-fucking. Trop dangereux (pour la main). Même en version passive : il ne supporte pas même l’idée que sa main puisse être employée de la sorte ; c’est un peu comme si on prenait son archet et qu’on le mettait à tremper dans du liquide. C’est un sacrilège inimaginable. En revanche, que les autres s’adonnent à ces jeux et prennent ce risque, il s’en contrefiche, les mains des autres ne l’intéressent pas le moins du monde.

La branlette est plus acceptable que le fist-fucking, dans la mesure où elle est bien conduite, avec attention et respect (pour la main, bien sûr). Pour ce qui est de la fellation, aucun souci, on n’est pas en train de parler des chanteurs, on peut enfoncer tout ce qu’on veut jusqu’au fond de la gorge sans crainte de conséquences désastreuses sur les outils professionnels. Quant aux fesses, ce serait accès libre sans restriction, s’il n’y avait chez le musicien-mes-mains-sont-un-temple une sorte de pudeur générale qui l’empêche de s’ouvrir complètement en dehors de l’exercice de sa passion.

Il y a (peut-être ?) une très légère tendance à la sanctuarisation exagérée de la part du musicien-mes-mains-sont-un-temple. En effet, souvent, par contraste avec ce qui nous a été vanté, on a de mauvaises surprises : un geste plutôt monotone et ennuyeux, quand il n’est pas incertain, une main courbaturée, fatiguée, parfois calleuse. Les cordes grincent comme une vieille porte en bois humide, parfois crissent comme une fourchette sur une assiette ; et les branlettes ne sont pas très réussies. Les caresses d’un pianiste que j’ai connu m’avaient donné le sentiment de me faire parcourir le dos par des osselets articulés. Remarquez, c’est un type de frisson comme un autre, certains peuvent aimer…

Heureusement, on pardonne tout aux musiciens-mes-mains-sont-un-temple. Leurs yeux, leur sourire, leur passion, les rendent attachants. Contrairement à ce qu’on croit, ils ne sont pas snobs ou prétentieux même s’ils en donnent l’impression. Ils ne sont pas détachés des choses matérielles et bassement financières ou organisationnelles, car ils sont au contraire passés maîtres dans les arts administratifs, dans les gestions de calendriers de concours et de tournées, dans l’organisation de groupes, consorts, orchestres, dans les négociations d’obtention de salles, de communication, de multiples détails allant de l’acoustique au café d’accueil du public et au remboursement des frais engagés. Il faut donc leur reconnaître le mérite de savoir maintenir, malgré tout ce travail un peu aride, la passion de leur art et de leurs mains.

On leur pardonne les horaires de travail, de répétition, de concert, de réunions. On pardonne les crises existentielles théâtrales liées à un phrasé manqué, à une expressivité légèrement ratée, que nous profanes sommes à des kilomètres de soupçonner. On pardonne les sommes astronomiques dépensées pour l’entretien des instruments de travail, y compris les mains.

On pardonne, parce que l’art est la chose la plus difficile et la plus belle au monde.

On pardonne, dans notre grande et belle magnanimité, parce qu’on n’a pas besoin de réfléchir très loin pour se trouver les mêmes obsessions et barrières, sauf qu’on ne produit pas grand-chose de beau.

On pardonne au musicien-mes-mains-sont-un-temple, donc ; mais on couche assez peu avec.

 

Pour en lire plus : http://www.desailessuruntracteur.com/Quel-gay-etes-vous-Decouvrez-votre-portrait-dans-Tous-les-gays-sont-dans-la-nature_a127.html

LES réactions (0)
Le musicien-mes-mains-sont-un-temple

Les commentaires sont fermés

billets précédents
Tableaux | 8 h 54 | 0 COMMENTAIRE
Processus | 10 h 53 | 0 COMMENTAIRE
Tableaux | 6 h 20 | 0 COMMENTAIRE
Tableaux | 6 h 19 | 0 COMMENTAIRE
Perso | Tableaux | 6 h 18 | 0 COMMENTAIRE