La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Les esquisses galantes
Un blog Yagg
Processus | 11.06.2015 - 11 h 18 | 0 COMMENTAIRES
Un livre parfait pour les vacances

Voici quelques mois, je m’évertuais à vendre mon livre – Tous les gays sont dans la nature, 80 portraits pour s’y retrouver – en le présentant comme un bouquin parfait pour lire aux WC : de petits portraits acidulés, à feuilleter tranquillement, mélangeant les genres… Cette fois je retente le coup en présentant mon petit livre bleuté comme un parfait bouquin de vacances. Oui, je rentre dans le rang du marketing pré-estival… Et en retour j’escompte bien une flambée des ventes – en réalité, une dernière petite flamme d’allumette me comblerait, avant la mise aux oubliettes définitives du livre dans l’immense et suffocante librairie labyrinthique qu’est devenu internet.

Bref, je vous assure, il s’agit d’un livre parfait pour les vacances !

D’abord parce que c’est un livre de détente, qui fait sourire – du moins je l’espère.

De petit format, on peut l’emporter partout avec soi.

C’est un livre frivole comme une brise d’été, qu’on peut ouvrir un peu au hasard, sans retenir la page ; on peut lire un portrait par-ci par-là, par exemple le gay catholique syncrétique, ou le joyeux distrait, sans se sentir perdu dans l’histoire – parce qu’il n’y a pas d’histoire.

Je dispose aussi d’un argument massue : c’est un livre où il y a marqué « gay » en gros sur la couverture. Posé négligemment sur une serviette de plage, c’est tout à fait efficace pour notifier une orientation sexuelle sans ambiguïté à un mâle à barbe qui passe l’air de rien.

C’est un livre qui donne d’excellentes recettes de drague, de bons repères pour choper rapide. Parfait pour les arrière-plages en fin d’après-midi, quand les gendres idéaux commencent à sentir leurs hormones frétiller après avoir passé la journée à s’occuper de leurs neveux et nièces… Ou quand les hommes mariés homos refoulés laissent leur femme faire la crêpe, enduite de lait bronzant, et vont chercher de l’activité dans la pinède. Assez indiqué, aussi, pour savoir comment éviter les pervers narcissiques et les normatifs psychopathes, et éventuellement les militants radicaux agressifs, si vous voulez trouver quelqu’un qui vous baise plutôt que quelqu’un qui vous culpabilise.

En vacances, on ne sait plus où donner de la tête : il y a toutes ces ménagères méticuleuses et ces bourgeoises propres sur soi, qui quittent leur maison impeccable et avec elle leurs manies et leur crainte du regard des autres, et qui n’ont qu’un seul objectif, se vautrer dans la luxure pendant quelques jours ; il y a tous ces lessiveurs pathologiques, qui se résolvent à passer quelques jours dans un ailleurs où ils devront vivre à côté d’un paquet de linge sale en attendant de pouvoir le laver une fois rentrés, et à qui il faut bien changer les idées ; il y a aussi tous les mecs en couple libre qui connaissent des montées de sève, les artistes piliers de bar qui sortent de l’ombre, etc… Pour vous y retrouver, vous savez à quel petit livre bleuté vous référer !

En été, les mimis flasques, les trentenaires calorifuges et les gym queens se dévoilent, toutes vergetures dehors, toutes asymétries musculaires à l’air : on n’est plus trompé sur la marchandise, et on n’a plus aucune raison de tomber des nues au moment l’on tombe les habits. On couche en connaissance de cause ! Bien sûr, il reste toujours des choses secrètes ou soigneusement camouflées, heureusement. Mon bouquin vous en livre quelques clés…

Si vous l’avez avec vous, vous pourrez sourire si vous vous retrouvez dans un lit avec un éleveur de morpions ou avec un dépressif multipsy. Vous aurez peut-être la chance de croiser votre prof bombasse sans son attitude distanciée, et vous découvrirez à quel point il peut être chaud lapin. Vous parviendrez peut-être, avec l’aide du soleil, à réchauffer le glacial hypercérébral qui hante vos fantasmes depuis des années mais qui, à chaque tentative d’approche, vous congèle instantanément malgré tous vos efforts (et les siens, peut-être).

C’est un livre qui brise les clichés : les gays ne sont pas uniquement de fragiles courtisanes fans de Mylène Farmer, ni des stewards ou des coiffeurs… Il y a de doux rêveurs et des folles perdues, mais aussi des armoires à glace caverneuses, ou des fonctionnaires réservés, et parmi tout ça il y a bien sûr des garçons heureux ! Vous pouvez donc offrir le livre à votre mère, à votre grand-mère, à toutes celles et tous ceux qui pensent, lorsqu’ils vous voient, que votre unique objectif de vie est de vous mettre à quatre pattes devant un glory hole – alors que ça n’en est qu’un parmi d’autres. Avec un peu de chance, ces personnes apprendront à l’occasion ce qu’est un glory hole et peut-être que ça leur donnera des idées : dans la vie il faut partager les bonnes choses. A bon entendeur…